Mon blog  

Yasmina Khadra et le délicat sujet de l'islamisme


Il rêvait d’être acteur, il deviendra loup.

C’est dans le climat oppressant de la fin des années 1980 en Algérie que ce récit teinté de violence ouvre ses portes vers une réalité féroce. J’aime Yasmina Khadra, sa plume me berce, me traverse et me guide, même dans les endroits les plus sombres. Car il est sombre ce roman, il est dur, il est âpre. Et malgré sa brutalité qui a vocation à traiter le sujet délicat du basculement dans l’islamisme et sa folie meurtrière, c’est un texte qui nourrit, par sa mémoire, son réalisme et sa douloureuse vérité.  


C’est mon troisième roman de l’écrivain. Nous suivons Nafa, jeune algérien aux rêves un peu fous qui deviendra, au fil d’événements marquants, un des grands acteurs du radicalisme et de l’islamisme en Algérie. C’est dans la terreur que l’on plonge au fil des pages. Nafa a vu le pire, il deviendra l’acteur d’un roman noir, le personnage principal du naufrage de sa vie, le complice d’un point de non-retour.

Les scènes décrites dans ce livre ne nous épargnent pas. La plume est certes magnifiquement travaillée mais elle est piquante de réalisme.

Nafa tombe dans le piège de l’intolérance, l’aveuglement, l’enrôlement des corps et des esprits, l’endoctrinement qui utilise avec brio les failles et les blessures humaines. Quel meilleur candidat au pire que celui dont les blessures pullulent de haine ? Celui qui porte les mémoires de l’atroce et qui ne peut en parler ? Nous sommes au cœur d'une idéologie qui pousse les victimes d’un jour à devenir les bourreaux de demain.

Lorsque nous connaissons le noir, nous sommes fragiles. Nafa était fragile et tout est devenu noir.

Bien sûr, je recommande ce livre, pour tout ce qu’il nous apprend, mais aussi pour la mémoire.

Merci de m'avoir lue,


À bientôt,

Julie

121 vues