Mon blog  

Ma première fois avec Carène Ponte !

Au pays des larmes et du rire, j'ai vécu ma première fois avec Carène Ponte. Être à la fois bouleversée et emportée par la légèreté. J'ai pleuré, j'ai ri. Les vraies larmes et le rire du cœur.


Ce roman m'a dès le début heurtée par sa sensibilité, la vie brute qu'il met en scène, la vie qui fait mal, qui durcit et endurcit. Puis il m'a fait vibrer, léger et marrant comme un feel-good, un voyage où l'on s'envole, à l'image de la couverture. 

La romancière a réalisé ce pari un peu fou de mêler l'authentique au superficiel, l'attachant aux apparences, la force à la légèreté, le tragique à l'humour.

Roxane a vécu un drame qu'elle tente désespérément de laisser derrière elle. Elle s'abreuve de voyages et d'écriture journalistique pour oublier, dépasser la douleur, l'anesthésier. Pour son travail, elle va faire une escale dans un hôtel particulier : Au meilleur ami de l'homme, lieu auquel elle s'attachera malgré elle et qui deviendra le théâtre de sa résilience. De la pulsion de mort à la pulsion de vie, Roxane nous emmène dans les méandres de la justice, nous balade dans sa culpabilité qui l'enchaine et nous touche par l'intimité de son deuil et l'intolérabilité de sa situation. Les rencontres n'ont-elles pas le pouvoir d'apaiser nos maux ?


Je suis conquise par le simple fait que ce roman raconte la vie telle qu'elle est, alternant talentueusement et avec justesse les moments durs et les moments doux, parfois dans un seul et même paragraphe. Un de ces livres qui reste toujours un peu là, quelque part au fond de nous.


À découvrir !


À bientôt,

Julie

43 vues