Mon blog  

Penser à dé-masquer !

Première semaine post-confinement. 14 Mai 2020. Laure est en direct à la radio :

- Des centaines de personnes ont été formées à l'accompagnement des victimes...

[ Ça se confirme. C'est une partie très faible de la population mais ça se confirme. ]

Elle reprend :

- Le confinement a fait naître de nouvelles formes de comportement. La rue de jour est un peu devenue comme la rue de nuit. Cela a, chez certains individus, réveillé des pulsions primitives...

- Vous pouvez être plus précise... ?

- L'expropriation de l'espace public notamment... Pendant que beaucoup étaient confinés, d'autres se sont appropriés les rues. Il faut en parler. Et que tout le monde soit sensibilisé. La solidarité a sauvé des vies pendant le confinement, il en va de même maintenant.


Laure fait partie de la commission d'experts chargée d'anticiper les violences sexuelles après le confinement. Un mois plus tôt, quand ses collègues l'avaient appelée, tandis qu'elle faisait pour la quarante-troisième fois la table de multiplication avec son fils, elle était restée interloquée. Une commission sur quoi ? Peut-être parce que cette violence là n'aurait jamais dû exister... Encore moins dans le contexte actuel... Peut-être parce que cela était injuste qu'en plus du déconfinement, les femmes (en majeure partie) doivent gérer une seconde forme d'insécurité... Elle, experte des mécanismes psychiques, talentueuse architecte des idées en arborescence, neuropsychologue réputée, elle avait eu du mal à avaler sa salive. Serions-nous des animaux ? avait-elle murmuré à son collègue Thomas. Elle avait raccroché, mis son manteau, glissé son sac sur l'épaule et claqué la porte. Dans les rues de Paris, face aux artères vides de la capitale, elle avait organisé ses idées. Déconfinement. Décompensation. Zones à risque. Former. Établir des profils. Mesures concrètes. Budget à allouer. Elle le savait, l'inconscient avait été traversé par une onde traumatique. Beaucoup en ressortiraient exténués, d'autres désorientés, certains en étant de vrais dangers.

Mais c'était une progression, cette commission existait. Laure en avait fait son fer de lance. Ce rapport, ces mesures, diffuser des messages positifs. Sortir masqués, tout en pensant à dé-masquer... Notre propre regard, nos oreilles, notre solidarité. Pour protéger. Parler, intervenir, avoir un regard complice, juste un regard pour dire "j'ai vu", "Salut Stéphanie ça fait longtemps". Éloigner le danger. Pousser une main. Ensemble. Sauver des vies.


[ Ce post est une fiction. 3919. Un numéro. Tout le monde peut sensibiliser. ] 


À bientôt,

Julie

109 vues