Mon blog  

Racines d'Elles par Cyril, Chroniqueur littéraire

Mis à jour : mai 6


J’entendais dans ses premiers mots un désir nommé Liberté. Ce désir s’appelle Rose. Rose est en quête d’identité, de vérité, d’authentique. Elle est comme toi, comme moi, comme nous tous, un peu perdue dans ce grand foutoir. Sauf que Rose s’est prise par la main, s’est arrachée à sa vie d’éditorialiste pour entamer un voyage sur la terre et dans nos têtes.

Puis Maria rencontre Rose. Puis Félicie et Aurore rentrent dans la danse. Puis d’autres encore viennent gonfler nos yeux de tendresse, et alors tout s’imbrique parfaitement. Au point que ces personnages, si importants, si beaux, semblent s’animer hors du livre. Il faut le lire pour le comprendre. La construction proposée par l’auteure m’a rendu magnétique à son œuvre.

Racines d’elles, c’est aussi, surtout, s’offrir la précieuse possibilité d’engendrer à chaque chapitre, si ce n’est chaque page, de nouvelles réflexions sur le sens de l’agitation dans laquelle on baigne. Et ce, avec des textes et des dialogues forts pour nous accompagner. Je me souviens avoir dit à l’auteure que sa plume était un peu simple, juste après avoir lu un bout d’extrait de son livre. Quel idiot j’ai été d’avoir écrit trop vite. La réalité est que sa plume est soignée, fouillée, ficelée, du début à la fin, tout autant que le récit qu’elle propose.

Ma lecture entière fut guidée par la sensation persistante que Julie Desb s’est astreinte à un labeur passionnant et colossal. Bluffé et conquis. Voilà comment j’en suis ressorti.

Racines d’elles. Ruez-vous sur ses mots, remplissez vos feeds de son nom. Que ce livre grandisse, qu’on le tire jusqu’à plus d’encre, qu’on le croise dans les métros.


Merci beaucoup Cyril !

32 vues