Mon blog  

Rechercher

Chanson douce : claque, émotions, vertige...

Mis à jour : 17 oct. 2019


C'est la gorge serrée que j'ai fermé ce roman.


Dès les premières pages, le coeur vacille. Angoisse et palpi-questions. À quel endroit une telle violence trouve-t-elle son origine ? On cherche. Dans le moindre mot, la moindre ligne. On veut comprendre. La mère. La nounou. Qui est responsable ? À travers le papier s'échappe une tension à laquelle nous, le lecteur, n'échappons pas. Puis on le sent arriver... Le magma. Celui qui se moule dans les circonstances et les absences, qui se réfugie dans les non-dits des oubliés et s'empare avec ténacité des cœurs déçus... Ce roman transperce l'âme par l'impact foudroyant d'une violence sourde, quand l'indicible côtoie l'ordinaire et que l'innommable s'incruste dans la (douce) banalité du quotidien. Être femme. Être mère. Être nourrice. Et la mécanique des gestes.

L'empreinte de ce Prix Goncourt sera durable. L'écriture de l'auteure est d'une telle fluidité que l'on en reste bouche bée jusqu'à lire sans s'arrêter afin de dire aurevoir à ce magistral et puissant roman...

© 2019 | Julie Desbuquois | Mentions légales